Listes électorales : date de clôture le 30 décembre 2017

La date de clôture des inscriptions sur les listes électorales est fixée au samedi 30 décembre 2017, en application de l'article R.5 du code électoral, et non au dimanche 31 décembre 2017.

Télécharger
affiche révision des LE.pdf
Document Adobe Acrobat 88.7 KB

En recherche d'économie d'énergie ?

Vous trouverez ci-dessous le programme d’activités « habitat durable » du dernier trimestre 2017. Ce programme compile l’ensemble des animations proposées sur cette période à la Maison de l’habitat durable, et dans les territoires dans le cadre des parcours d’animations

Télécharger
Programme animations MHD LIGHT.pdf
Document Adobe Acrobat 1.4 MB
Télécharger
Isolation des combles
prime-isolation.pdf
Document Adobe Acrobat 358.3 KB

Règlement du city stade

Télécharger
Afin d'assurer au maximum la sécurisation de cet espace sportif et son bon usage ce présent règlement a été élaboré en concertation avec les riverains de cet équipement.
reglement-city.pdf
Document Adobe Acrobat 203.2 KB

Le conseil municipal de ce lundi 3 avril en différé

 Première présentation de budget primitif pour Dominique Dhennin, nouvel adjoint au maire aux finances.
Première présentation de budget primitif pour Dominique Dhennin, nouvel adjoint au maire aux finances.

MARQUILLIES

Derrière les chiffres du budget, des projets bien concrets

 

 

1. Accords et désaccords autour d’une dotation en baisse

 

Ce n’est pas nouveau : la fameuse dotation globale de fonctionnement (DGF) allouée aux communes par l’État baisse d’année en année. Qui plus est, au moment du débat de ce lundi soir sur le budget primitif, il a bien fallu constater que, «  au 3 avril, on ne connaît toujours pas la dotation aux communes. On sait juste qu’elle serait réduite a priori de moitié, donc on part là-dessus…  », a précisé le maire Éric Bocquet.

 

Le conseiller d’opposition Didier Damide a abondé dans son sens, estimant que c’est «  rageant  », «  effarant  » de ne «  pas avoir encore de chiffres stables  ». En revanche, les avis des deux élus divergent sur le fond. Didier Damide estime que «  la baisse des dotations, c’est bien, car les collectivités doivent participer à l’effort national  », tout en regrettant : «  O n ne voit pas le résultat sur les réductions des déficits. C’est inacceptable et inquiétant.  » Éric Bocquet n’est «  pas d’accord pour qu’on fasse trinquer les communes alors qu’on n’est pas responsables de cette situation. On voit des villes qui arrêtent les Villages fleuris (comme Wavrin récemment), des trottoirs en mauvais état… On est obligés d’investir de moins en moins et c’est nous, les élus locaux, qui allons porter le chapeau.  »

 

 2. « Un budget ne se résume pas à des chiffres »

 

Le deuxième adjoint au maire, Dominique Dhennin, désormais en charge des finances, présentait lundi son premier budget primitif. L’occasion pour lui de rappeler à ses collègues élus quelques définitions basiques, et de rappeler qu’un «  budget ne se résume pas forcément à des chiffres  ». Derrière les grandes lignes d’investissement, par exemple, on retrouve en effet des projets très concrets pour la commune. Parmi lesquels la très attendue rénovation de la mairie (750 000 € TTC mais dont une grande partie sera subventionnée), ou encore le city-stade et la démolition du presbytère préparant l’arrivée de la future boulangerie.

 

On retiendra aussi de ce budget que l’équipe municipale va «  rendre en fin de mandat une situation financière identique  » à celle du début de mandat, certains remboursements d’emprunts se terminant d’ici 2021 (école, salle communale).

 

 3. Impôts : pas d’augmentation des taux

 

C’était l’une des annonces attendues de ce budget primitif 2017 : la municipalité a décidé de ne pas augmenter les taux locaux d’imposition. Ou plutôt a «  proposé  », a été forcé de rectifier Éric Bocquet, suite à une remarque de Didier Damide, d’accord sur l’absence d’augmentation des taux, mais qui a regretté que cela n’ait pas été discuté en commission avant le vote de ce lundi. Du côté de l’opposition toujours, François Hallaf s’est dit «  heureux d’entendre qu’il n’y aura pas d’augmentation  ». On retiendra cet autre chiffre, livré par Dominique Dhennin : «  Si on voulait compenser la perte de dotation de l’État par l’augmentation des impôts, il faudrait augmenter de plus de 12 % !  »

 

4. Les subventions aux associations

 

Un tableau vaut souvent mieux que de longs discours, voici celui des subventions prévues pour les associations.

 

 Première présentation de budget primitif pour Dominique Dhennin, nouvel adjoint au maire aux finances.

une-boulangerie-tres-attendue-la-place-de-l-ancien-presbytere

MARQUILLIES

Derrière les chiffres du budget, des projets bien concrets

 

 


Première présentation de budget primitif pour Dominique Dhennin, nouvel adjoint au maire aux finances.

1. Accords et désaccords autour d’une dotation en baisse

 

Ce n’est pas nouveau : la fameuse dotation globale de fonctionnement (DGF) allouée aux communes par l’État baisse d’année en année. Qui plus est, au moment du débat de ce lundi soir sur le budget primitif, il a bien fallu constater que, «  au 3 avril, on ne connaît toujours pas la dotation aux communes. On sait juste qu’elle serait réduite a priori de moitié, donc on part là-dessus…  », a précisé le maire Éric Bocquet.

 

 

Le conseiller d’opposition Didier Damide a abondé dans son sens, estimant que c’est «  rageant  », «  effarant  » de ne «  pas avoir encore de chiffres stables  ». En revanche, les avis des deux élus divergent sur le fond. Didier Damide estime que «  la baisse des dotations, c’est bien, car les collectivités doivent participer à l’effort national  », tout en regrettant : «  O n ne voit pas le résultat sur les réductions des déficits. C’est inacceptable et inquiétant.  » Éric Bocquet n’est «  pas d’accord pour qu’on fasse trinquer les communes alors qu’on n’est pas responsables de cette situation. On voit des villes qui arrêtent les Villages fleuris (comme Wavrin récemment), des trottoirs en mauvais état… On est obligés d’investir de moins en moins et c’est nous, les élus locaux, qui allons porter le chapeau.  »

 

2. « Un budget ne se résume pas à des chiffres »

 

Le deuxième adjoint au maire, Dominique Dhennin, désormais en charge des finances, présentait lundi son premier budget primitif. L’occasion pour lui de rappeler à ses collègues élus quelques définitions basiques, et de rappeler qu’un «  budget ne se résume pas forcément à des chiffres  ». Derrière les grandes lignes d’investissement, par exemple, on retrouve en effet des projets très concrets pour la commune. Parmi lesquels la très attendue rénovation de la mairie (750 000 € TTC mais dont une grande partie sera subventionnée), ou encore le city-stade et la démolition du presbytère préparant l’arrivée de la future boulangerie.

 

On retiendra aussi de ce budget que l’équipe municipale va «  rendre en fin de mandat une situation financière identique  » à celle du début de mandat, certains remboursements d’emprunts se terminant d’ici 2021 (école, salle communale).

 

3. Impôts : pas d’augmentation des taux

 

C’était l’une des annonces attendues de ce budget primitif 2017 : la municipalité a décidé de ne pas augmenter les taux locaux d’imposition. Ou plutôt a «  proposé  », a été forcé de rectifier Éric Bocquet, suite à une remarque de Didier Damide, d’accord sur l’absence d’augmentation des taux, mais qui a regretté que cela n’ait pas été discuté en commission avant le vote de ce lundi. Du côté de l’opposition toujours, François Hallaf s’est dit «  heureux d’entendre qu’il n’y aura pas d’augmentation  ». On retiendra cet autre chiffre, livré par Dominique Dhennin : «  Si on voulait compenser la perte de dotation de l’État par l’augmentation des impôts, il faudrait augmenter de plus de 12 % !  »

 

4. Les subventions aux associations

 

Un tableau vaut souvent mieux que de longs discours, voici celui des subventions prévues pour les associations.

 

 

IMG_1868 (2)

une-boulangerie-tres-attendue-la-place-de-l-ancien-presbytere


Liste des candidats à l'élection présidentielle 2017

Télécharger
Note aux maires_affichage décision CC.pd
Document Adobe Acrobat 277.9 KB

L’ancien presbytère deviendra une boulangerie (très attendue)

 

Mise au point sur cette annonce : l'ancien presbytère ne sera pas transformé en boulangerie mais sera rasé pour laisser place à un nouveau bâtiment, construit en front de place effectivement très proche de l'ancien presbytère, qui hébergera la boulangerie.

 

 

«  J’y vois là une très grande opportunité pour Marquillies, une occasion à saisir et à ne pas laisser passer  », a insisté le premier magistrat en expliquant les tenants et aboutissants de ce projet.

À la base, il s’agit du désir d’un minotier travaillant actuellement pour l’enseigne Les Moulins de La Bassée, qui approvisionne déjà en farine un grand nombre de boulangeries du secteur, de s’implanter dans le commerce de la vente du pain. Pour une première, il a jeté son dévolu pour un emplacement dans le centre d’une petite commune des Weppes : Marquillies. L’endroit idéal pour ce type de commerce est situé aux abords de la place qui sert de parking, entre l’église et la mairie.

Déplacer le monument aux morts ?

Plusieurs solutions ont été envisagées par la mairie. L’une d’elles obligeait à déplacer le monument aux morts pour constituer un mur du souvenir. La commune a, en effet, en charge de trouver le terrain. Les possibilités n’étant pas nombreuses il a été finalement convenu «  de faire disparaître ou de rénover le presbytère  ». Ce bâtiment n’est plus utilisé depuis de nombreuses années. Le coût des travaux pour la commune se situerait aux alentours des 40 000 €. La réalisation du commerce est pris en charge par le futur propriétaire.

« Cette ouverture aura aussi la possibilité de dynamiser notre petit marché local. »

Didier Damide, élu d’opposition de la liste Marquillies autrement, s’est demandé «  s’il n’y avait pas une autre possibilité de réalisation ailleurs dans la commune ?  » Apparemment non, et une réalisation en plein centre est le désir du futur acquéreur. «  Sinon, il risque de faire un choix dans une autre commune  », a insisté Éric Bocquet.

Les élus ont finalement acté cette proposition qui sera encadrée très strictement au niveau juridique, «  afin d’éviter des déconvenues dans le futur  ». «  Cette ouverture aura aussi la possibilité de dynamiser notre petit marché local et permettra aux clients de pouvoir s’approvisionne en pain frais toute la journée  », a anticipé une élue. L’ouverture de cette boulangerie doit donc intervenir avant la fin de l’année. Une bonne nouvelle pour les habitants et ceux, nombreux, qui traversent le village au fil de la journée.


Mode de délivrance des cartes nationales d'identité

Télécharger
ATTENTION : à partir du 14 mars 2017 les demandes de cartes nationales d'identité ne seront plus acceptées en mairie. La commune la plus proche équipée d'un dispositif de recueil est La Bassée.
carte identité 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB
Télécharger
carte communes CNI.pdf
Document Adobe Acrobat 1.5 MB

Courrier de M. le Maire pour le stationnement école

Télécharger
circulation.pdf
Document Adobe Acrobat 778.4 KB

Calendrier passages nettoyage des caniveaux


Rappel de vigilance

Message de l'adjudante Bernard du BTA de La Bassée

 

Des personnes âgées sont souvent la cible de personnes malveillantes : faux agents, aide à la personne, vendeur de calendriers ...

 

Nous attirons à nouveau votre vigilance et votre attention

 

Soyez attentifs aux présences insistantes et étrangères à votre quartier. Il se peut que des cambrioleurs effectuent des repérages : des appels suspects sur votre téléphone fixe (raccrochage de l'appelant dès que vous répondez par exemple) peuvent signifier un "sondage" effectué par des cambrioleurs sur votre présence ou vos horaires.


La cérémonie des voeux 2017

 

MARQUILLIES

 

L’intercommunalité? Pour «faire ensemble ce que l’on ne peut faire seul»

 

 

Le maire Éric Bocquet a présenté ses vœux à ses concitoyens, samedi soir à la salle communale. La simplicité était au rendez-vous, le maire adressant tout de même quelques messages tout en dressant la liste des projets en cours.

 

Par Wilfried Hecquet | Publié le 10/01/2017

 

Les habitants ont répondu en nombre à ce rendez-vous de début d’année. Ci-dessus, le maire Éric Bocquet.

 

Les habitants ont répondu en nombre à ce rendez-vous de début d’année.

 

Le contexte

 

Après une rétrospective en vidéo des petits et grands événements qui font la vie d’une commune, Éric Bocquet a pris la parole. Après un mot pour les nouveaux habitants, il a souhaité la bienvenue dans la MEL aux cinq communes voisines de l’ex-CC Weppes. Pour l’élu, «  saluer cet événement, c’est aussi rappeler l’importance qu’a prise l’intercommunalité dans le développement de nos territoires (…) La MEL joue un rôle essentiel.  » Et de citer la déchetterie, la piscine, le crématorium, etc.

 

Une cérémonie de vœux, c’est l’occasion aussi pour un élu de dire sa façon de voir et de penser. Ainsi, sur l’intercommunalité, Éric Bocquet a-t-il pondéré : «  Elle doit rester un outil de coopération au bénéfice du développement des communes, dans le respect absolu de leur autonomie et de leurs prérogatives. L’intercommunalité doit seulement permettre de faire ensemble ce que l’on ne peut faire seul.  » Et de poursuivre : «  On nous explique régulièrement que l’avenir serait aux grosses entités territoriales afin de jouer dans la cour des grands dans la grande compétition économique mondiale. C’est là une vision bien restrictive du rôle des communes en France, irremplaçables dans la proximité (…) Oui, l’échelon communal doit rester le socle de notre République.  »

 

IMG_8127

 

Les projets

 

Outre les travaux de la mairie (lire ci-dessous), le maire a évoqué l’ancien café de la Gare, devenu résidence Jacquin, dont les 7 logements déjà occupés seront inaugurés le 20 février. Côté logement toujours, «  LMH s’est engagé sur un petit collectif de 9 logements, qui se construit à l’angle des rues de Verdun et de la Bourse  ». Ils devraient être habités fin 2018. De quoi répondre à la demande qui «  ne faiblit pas  ». En 2017, un city-stade verra le jour, au bout de la rue de la Bourse. On parle de travaux cet été pour ce projet de 130 000 € subventionné par le Département, la réserve parlementaire et sans doute la MEL.

 

Côté commerces, «  nous restons à l’affût de toute initiative visant à recevoir dans notre commune un commerce de proximité. L’idée d’une boulangerie n’est pas abandonnée  ».

 

 

Le chiffre: 3

C’est le nombre d’armoires de répartition qui seront installées sur le territoire de la commune, au rond-point du cabinet médical, à l’angle des rues du Touquet et des Jardins, et à l’entrée de la rue du Maisnil. Autrement dit, le premier signe concret et visible que la fibre, donc le très haut débit internet, deviendra réalité pour les habitants, «  un besoin essentiel de notre vie quotidienne  », a rappelé Éric Bocquet. On espère les premiers raccordements pour fin 2017.

 

 

Les travaux de la mairie, enfin

«  Le conseil municipal a validé définitivement le projet de rénovation de la mairie lors de la séance du 19 décembre  », annoncé Éric Bocquet. L’élu estime que «  les agents et la population de Marquillies ont besoin d’un lieu fonctionnel, accessible, moderne et adapté aux activités croissantes d’une administration locale  ». Il a donné quelques précisions sur le calendrier d’un projet dont on parle depuis des années : «  La pré-étude est achevée, l’estimation du coût et pointée à 580 000 euros. Le dossier sera bientôt confié à un architecte.  » Depuis l’origine, le projet a été revu et corrigé : «  Le concept a été reconfiguré dans le cadre de nos nouvelles contraintes budgétaires. Il y aura création d’une extension vers l’arrière du bâtiment existant, rénovation du rez-de-chaussée. L’étage ne sera pas concerné.  »

 

 

 


Les taxes foncières 2016

 

Le montant global de la taxe foncière 2016 a augmenté mais :

Que les choses soient claires : la commune de Marquillies n’a pas augmenté sa taxe foncière en 2016.

 

Petit rappel : qu’est-ce-que la taxe foncière ?

 

Il s’agit d’un impôt local, dû chaque année par les propriétaires d’un bien immobilier, bâti ou non bâti, selon deux critères :

- la base (valeur locative cadastrale, le loyer annuel théorique diminué d’un abattement de 50 %).

- le taux appliqué à cette base, qui est voté par les collectivités bénéficiaires (communes, intercommunalités, départements).

 

S’ajoute la taxe de ramassage des ordures ménagères (une colonne à part).

 

La taxe sur le foncier bâti demeure la seule fiscalité directe à destination des ménages dont bénéficient les départements.

 

Dans le Nord, c’est en avril que les conseillers départementaux ont adopté leur budget, validant une hausse de 25,7 % du taux de la Taxe Foncière (qui passe de 17,06 % à 21,45 %).

Cela représente 7,7 € par tranche de 100 € (hausse moyenne par ménage de 69 €).

 

Répétons qu’il ne s’agit que de la part départementale de cette taxe foncière. La part communale, pour Marquillies, n’a pas augmenté.

 


La mission locale des Weppes s'agrandit


Demande de cartes grises, permis ou pièces d’identité: ce qui va changer en 2017

 Publié le

 Victoire Haffreingue-Moulart

 

Conséquence d’une réforme du service public, les démarches pour obtenir une carte grise, un permis ou encore un passeport se feront en ligne à partir de 2017. Fermeture des guichets, ouverture de maisons relais de service public… On fait le point sur ce qui va changer.

  Photo Elise Chiari VDNPQR

 

À partir du milieu de l’année 2017, plus question de se déplacer en préfecture ou sous-préfecture pour faire une demande de carte grise ou de permis de conduire, tout se fera en ligne.

Dans le cadre de la réforme nationale, Plan Préfectures Nouvelle Génération (PPNG), ce seront désormais des plates-formes spécialisées qui recevront ces demandes.

Dans les Hauts-de-France, la préfecture de Lille traitera les dossiers permis de conduire, tandis que la préfecture d’Amiens s’occupera de la délivrance des cartes grises. Arras quant à elle, sera chargée des passeports.

1. Comment faire ses démarches ?

À l’heure du tout internet, c’est désormais à partir de son ordinateur ou de sa tablette que se feront les demandes de titres de permis de conduire et cartes grises. Un gain de temps pour les usagers qui peuvent passer parfois plus d’une heure à faire la queue devant les guichets.

La demande pourra se faire par télé procédure ou par l’intermédiaire d’un professionnel du commerce automobile. Pour les cas de dossiers complexes, la préfecture prévoit, tout de même la possibilité d’un envoi par courrier. Une fois les documents envoyés, chaque dossier sera traité par les plateformes concernées. Les demandes de cartes d’identité et passeports continueront, quant à elle, de se faire en mairie.

2. Des guichets resteront-ils ouverts ?

Si cette réforme permet aux habitués de ce genre de démarches en ligne de gagner du temps, pour les novices, une telle procédure peut s’avérer un vrai casse-tête.

En réponse à cette question, une période de transition est prévue. Les usagers seront accompagnés en préfecture, dans les collectivités territoriales et dans les intercommunalités « lors de la phase de montée en puissance » des plateformes, selon les termes de la préfecture.

Une formulation assez floue à près d’un an de la mise en place du dispositif. Par la suite des maisons de service public, réunissant plusieurs agents, seront installées dans les zones rurales de la région. Les fonctionnaires auront pour mission d’aiguiller les personnes moins à l’aise sur le net. Une permanence téléphonique devrait également voir le jour pour assister les usagers dans leurs démarches.

3. Pourquoi ça change ?

Pour la préfecture du Nord, ces modifications permettront aux agents initialement chargés de ces missions, de se concentrer sur le développement des projets locaux, sur la gestion des crises et sur la lutte contre la fraude documentaire.

L’objectif est de « faciliter les démarches quotidiennes des citoyens ». Le ministère de l’Intérieur avait lui même parlé d’un « service public amélioré au plus près des citoyens ». Verdict en 2017.


Marquillies: la Ressourcerie des Weppes en perpétuelle valorisation

Publié le

PAR ODETTE LAVALLEZ

Alors que le va-et-vient est régulier du côté de la déchetterie dont les travaux de rénovation n’affectent en rien la réception des déchets, la Ressourcerie des Weppes prend l’allure d’une immense braderie. Mais cette ressourcerie est bien autre chose qu’une brocante : on est dans le développement durable.

 

Ce lundi 8 août était une date marquante dans l’esprit de tous ceux qui veulent contribuer à sauver la planète. Ainsi que le précisent Sylvie Peperstraete, secrétaire de l’association ADELIES qui gère la Ressourcerie des Weppes, et Thomas Delahousse, chef de projet depuis six ans sur le site de Marquillies : « À partir de maintenant, on va vivre à crédit sur les ressources de la planète ». Et Thomas Delahousse de poursuivre en portant un regard sur l’ensemble de la ressourcerie : « Nous, on dit elles sont là, ces ressources. Sans non plus dire faut pas consommer. Ceci nous amène à nous interroger sur nos métiers. »

Travail avec les déchetteries

La Ressourcerie des Weppes a remporté le marché public qui lui permet de travailler, depuis 2014, avec six déchetteries où sont récupérés des objets réutilisables ou recyclables (Marquillies, Seclin, La Chapelle-d’Armentières, La Madeleine, Halluin et Quesnoy-sur-Deûle).

En moyenne, la collecte se situe aux environs des six tonnes d’objets par semaine. « On en revend quatre tonnes », précise le chef de projet. Mais pour ce dernier, l’enjeu n’est pas tant de récupérer et de revendre ou encore d’envoyer un objet au recyclage (l’incinération ou l’enfouissement étant les alternatives). Le but, c’est d’inviter un maximum de gens à avoir une première réflexion avant de jeter tout à la déchetterie et à se dire : « Est-ce que mon objet peut-être réutilisable ? » C’est sur le geste que feront ces personnes que sera favorisée la filière du réemploi (de l’objet)… et de l’emploi d’avenir des valoristes.

À l’heure actuelle, ADELIES qui dispose de deux sites (Halluin depuis 2011 et Marquillies où fut créé le concept de ressourcerie pour la métropole lilloise) emploie 16 personnes au total, dont la moitié en CDI. Les volumes d’objets augmentent et c’est la raison pour laquelle, la Ressourcerie des Weppes a investi dernièrement dans un « tunnel » (lire ci-dessous).

La Ressourcerie des Weppes se situe rue du Faulx à Marquillies, à côté de la déchetterie. Ses nouveaux horaires d’ouverture sont : du lundi au vendredi de 14 h à 18 h ; le samedi, de 9 h 30 à 18 h 45.

Tunnel et traçabilité des objets

La Ressourcerie a investi récemment dans un « tunnel » et c’est un peu comme si les objets étaient scannés.

Gaëtan, valoriste, gère le magasin


Fabrique de la participation citoyenne à la MEL

Comment mieux associer les habitants de la métropole aux projets qui les concernent ?

C’est autour de cette question que travaille la Direction Relations avec les usagers et citoyenneté de la Métropole Européenne de Lille.

 

Nous nous permettons donc de diffuser cette information sur la « Fabrique de la participation citoyenne » qui a pour objectif de réfléchir ensemble aux questions de l’implication des citoyens dans les projets et politiques publiques de la MEL.

 

Pour cela, une consultation publique en ligne est disponible sur notre rubrique « Participation », proposée sur le site internet de la MEL.

 

http://www.lillemetropole.fr/fabrique-citoyenne


La Poste : négociations sur les horaires d'ouverture

Article paru dans la Voix du Nord de ce dimanche 6 mars 2016


Actions de lutte contre les ruissellements en zone agricole menées par l'USAN

Télécharger
Action contre les ruissellements
Feuillet_Couleur.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Challenge européen du Vélo

Le Challenge Européen du Vélo est de retour !

 

L’année dernière pour sa troisième participation, la MEL a réunit prés de 1000 participants, arrivant ainsi 7éme avec 77 569  kilomètres parcourus.

 

Cette année encore, vous avez la possibilité d’inscrire votre structure et de participer en équipe au challenge. L’année dernière, près de 50 teams se sont défiées et ont contribué à cette aventure.

 

>> Dès à présent, vous pouvez créer votre équipe pour participer au Challenge Européen du Vélo !

 

 

>> Je crée une équipe !

 

 

 

Le challenge est entièrement gratuit avec des goodies offerts pour toute participation ! De nombreux cadeaux et prix seront à gagner, pour récompenser les efforts de chacun !

 

A partir du 1er avril, chaque participant pourra s’inscrire au Challenge, et bien sûr, faire du vélo et enregistrer ses kilomètres sur l’application Cycling365 ou sur la plate-forme internet.

 

Pour plus d’informations : http://www.lillemetropole.fr/sites/lmcu/mel/decouverte/grands-evenements/challenge-europeen-velo.html

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter les organisateurs du challenge à la MEL : challengevelo@lillemetropole.fr ou 03 59 00 19 43 (Elodie Vanpoulle). 


Formation agrément de piègeur

L'USAN organise une formation de piègeur de nuisible cette année encore. Cette formation est assurée par la fédération du Nord à Chéreng.

Si vous êtes intéressé vous pouvez donner vos coordonnées au service de piègeage de l'USAN

Plus d'information dans le document ci-dessous.

Télécharger
Agrément de piègeur.pdf
Document Adobe Acrobat 4.1 MB

Campagne de sensibilitation de la Croix Rouge

La Croix Rouge française nous informe d'une campagne de sensibilisation et recherche de soutiens réguliers auprès du grand public en porte à porte pour son compte.

Cette campagne se déroulera pour Marquillies du 22 février au 12 mars 2016 à raison de 3 jours maximum sur cette période.

Les heures de passage seront de 12h-20h du lundi au vendredi et de 12h-18h le samedi.

Cette campagne ne fera pas l'objet d'une quête en espèces ou en chèque, et aucun tract ne sera distribué sur la voie publique.

Attention ne vous faites pas abuser par des individus se réclamant de cette campagne.


Incivilités

Nous avons été prévenu il y a quelques jours maintenant que des détritus divers avaient été déposés dans un chemin rural perpendiculaire à la rue du Coq, qui mène à Hantay, après le passage à niveau rue de la Place du Chateau. Un individu indélicat y a déposé pêle mêle des tôles, des vieilles menuiseries bref les résidus probables issus du démontage d'un viel appenti.

Le débarras de ces immondices a nécessité l'usage du camion benne de la commune, qui a été rempli à ras bord, et l'intervention d'un de nos agents durant une demi journée.

Que de temps perdu et de travail inutile alors qu'une déchetterie, gratuite pour les particuliers du secteur, est à disposition permanente durant de larges plages horaires. Nous ne pouvons évidemment pas identifier cet indélicat personnage mais qu'il sache  que ces dépôts sauvages sont passibles d'une amende pouvant aller jusqu'à 450 €.


Projet postal ... vu par la Poste

Un article sur la Voix du Nord de ce jour le 2 janvier 2016 ... 

 

Aubers et Marquillies: les maires ne vont pas cacher de la Poste leur mécontentement

 

Publié le 02/01/2016

 

PAR BRUNO TRIGALET

 

Le colis de Noël, empaqueté par la direction de la poste, a été présenté aux maires d’Aubers et de Marquillies. Ceux-ci goûtent assez peu cette décision de réduire l’ouverture des bureaux, qui passe moins bien qu’une lettre à la poste…

D’autant plus injuste, estime le maire d’Aubers, que la commune a engagé récemment des travaux d’accessibilité à la poste.

Les maires d’Aubers et de Marquillies ont trois mois pour se prononcer sur la proposition qui leur est faite par la direction de la Poste de maintenir leurs bureaux de poste – ce qui leur est présenté, évidemment, comme une grande chance – à condition de réduire le nombre d’heures d’ouverture…

L’autre choix, ce serait de transformer les bureaux de poste en « agences postales locales ». Sous ce vocable qui peut prêter à confusion, la Poste dénomme les sites où elle met ses services à la disposition du public, mais sans y affecter de personnel. Ceci contre une indemnité de 1 000 € versée à la commune qui doit donc déléguer un agent pour réaliser les opérations postales courantes. C’est ce qui s’est fait récemment à Illies et à Salomé, par exemple.

 

« Il y a cinq-six ans, la poste avait déjà réduit les horaires d’ouverture. Alors quand la direction régionale m’a appelé pour prendre rendez-vous, j’ai dit Ah, c’est bien ! : c’est sans doute pour nous annoncer que le bureau va rouvrir l’après-midi ! », rapporte en riant le maire d’Aubers, Alain Leclercq, fier de l’effet de son trait ironique. Mais il ne se faisait bien sûr pas d’illusions : « M. Desmarets, de la Poste, est venu nous présenter un exposé fin novembre, dans lequel il nous a donné plein de chiffres qui montreraient la baisse de la fréquentation du bureau d’Aubers, ce qui motive, selon lui, une réduction du nombre d’heures d’ouverture. »

 

À Aubers, on passerait de 18 heures par semaine à 13 ou 14 (le bureau est actuellement ouvert de 9 h à midi du lundi au samedi) et l’employé serait à la fois facteur et guichetier. D’autant plus injuste, selon le maire, que la commune, propriétaire des murs de la poste, a réalisé les travaux d’accessibilité et que sa population devrait s’accroître prochainement.

 

À Marquillies, Éric Bocquet a entendu à peu près la même musique postale mais trois semaines plus tard. On sait combien le sénateur-maire communiste goûte assez peu le timbre de cette mélodie libérale, surtout quand elle s’applique à la partition du service public. À Marquillies, on passerait de 24 heures par semaine (bureau ouvert les matins et deux après-midi par semaine) à 18 heures. Informé trois semaines plus tard que son collègue d’Aubers, Éric Bocquet n’a pas eu le temps d’organiser une contre-offensive mais il s’apprête à mener lui aussi une action.

 

Une pétition circule

 

À Aubers, une pétition lancée la semaine dernière a déjà recueilli 140 signatures. Elle a reçu le soutien du maire de Fromelles, Jean-Gabriel Masson (les Fromellois vont à la poste d’Aubers), qui devrait d’ailleurs la mettre à disposition du public aujourd’hui à 11 h à la salle du Temps libre où aura lieu la cérémonie de vœux.

 

Et inutile de dire que le vendredi 8 janvier à 20 h, au foyer rural d’Aubers, puis le samedi 9 à 19 h, à la salle communale de Marquillies, les maires exprimeront, en même temps que leurs vœux, leur plus vif désaccord. Et la direction de la poste recevra prochainement des nouvelles des maires de Marquillies et d’Aubers dans une épaisse enveloppe retour…


Pôle emploi vous informe

Depuis 2012, Pôle emploi a engagé de nombreuses évolutions dans son offre de services pour offrir aux demandeurs d’emploi et aux entreprises une plus grande personnalisation dans leur accompagnement.

 

Pour aller plus loin, Pôle emploi simplifie les démarches d’inscription des demandeurs d’emploi et renforce leur suivi avec des actions ciblées et personnalisées.

 

A compter du 11 janvier 2016, le demandeur d’emploi effectuera son inscription et sa demande d’allocation sur le site pole-emploi.fr. En cas de difficulté, il pourra bénéficier d’une aide en ligne, téléphonique ou être aidé en agence sur les bornes internet que nous mettons à disposition.

 

L’accompagnement personnalisé du demandeur d’emploi est la priorité et interviendra dorénavant plus rapidement. Le demandeur d’emploi sera suivi par le même conseiller tout au long de son parcours et disposera de son adresse mail pour le contacter directement.

 

Enfin, dans le cadre des 35 heures d’ouverture au public, Pôle emploi intensifie ses contacts avec les demandeurs d’emploi : les lundis, mardis, mercredis et jeudis après-midi de 12h45 à 16h30, seront réservés aux rendez-vous avec leur conseiller ou à des ateliers collectifs (recherche d’emploi, indemnisation, orientation, ..) et à l’utilisation personnalisée de la plateforme numérique ’Emploi Store’. Les demandeurs d’emploi inscrits de votre commune ont été informés de ces nouvelles modalités d’accueil et d’accompagnement.

 

Pour faciliter la diffusion de l’information auprès de vos administrés, une affiche reprenant les horaires accompagne ce courrier.

 

Ces évolutions, inscrites dans le projet stratégique Pôle emploi 2020, visent un seul objectif : l’accès ou le retour plus rapide à l’emploi.

Télécharger
Nouveaux horaires
Affiche_horaires.pdf
Document Adobe Acrobat 316.5 KB

Presse locale : le dernier conseil municipal 16 dec 2015

Source La Voix du Nord version électronique

Marquillies: une gestion équilibrée au menu du conseil municipal

 

 Le maire, juste avant la séance.

 

Mercredi soir, lors de la séance du conseil municipal et à la demande du maire Éric Bocquet, Didier Damide, du groupe Marquillies autrement, a accepté d’être secrétaire de séance.

Sans doute pour confirmer le bien-fondé de sa demande, le maire a lu une réponse du ministère de l’Intérieur sur les contours des procès-verbaux de conseils municipaux et les conseillers unanimes ont souligné, en guise de conclusion, le bon sens de cette circulaire.

Cette unanimité se retrouvait autour de la situation budgétaire de l’exercice 2015. Elle a permis aux membres du conseil de constater une amélioration tendant vers la réalisation complète du budget. « Ce qui donne une lecture des comptes administratifs plus juste », dira en substance Éric Bocquet. Cependant, des points restent encore en attente pour clôturer définitivement les comptes au 31 janvier prochain, par exemple l’acte notarié qui doit déterminer l’acquisition d’une parcelle de terrain pour le cimetière communal.

La délibération sur le projet de la communauté des Weppes avec la Métropole européenne de Lille et l’évolution des contributions communales, suite à la fusion des missions locales des Weppes et de la Pévèle, ont obtenu les avis favorables à l’unanimité des élus. La création d’une indemnité d’administration et de technicité (IAT) pour les agents territoriaux a suscité un débat sur la nécessité de prévoir des critères de références très précis qui doivent déterminer l’attribution pour chaque agent de cette indemnité. Le conseil a émis sur ces bases un avis favorable. Enfin, une convention de location des salles qui sera soumise à chaque locataire, a été approuvée par les conseillers.

Le conseil municipal s’est terminé à huis clos pour l’étude des subventions aux associations dont le vote définitif sera effectué fin mars 2016.


Suivre la circulation automobile dans la métropole

L'Indice Trimestriel de Circulation, diffusé tous les ans sous forme de dossier, est également calculé et envoyé régulièrement sous forme dématérialisée durant l’année.

 

Vous pouvez ainsi suivre par trimestre les évolutions de la circulation automobile sur la métropole lilloise, mesurées à partir des stations de comptage permanent SIREDO.

 

Cette année, en lien avec le nouveau découpage par zone de l’observatoire de la circulation, le regroupement  des stations a été modifié. Dans le même esprit,  l’indice journalier de débit et de vitesse est désormais calculé pour les trois zones définies par l’observatoire de la circulation, et  un nouveau graphe représente l’évolution de la MJO trimestrielle sur ces trois nouvelles zones.

 

Pour tout renseignement complémentaire ou recevoir l’ITC, vous pouvez transmettre vos coordonnées électroniques à l'adresse suivante: carrosse.itc@lillemetropole.fr

 

Télécharger
ITC MEL - 3eme trimestre 2015.pdf
Document Adobe Acrobat 1.9 MB

Besson reçu à Marquillies

L'église de Besson

Dans la foulée de la commémoration de l'Armistice du 11 Novembre 1918, la commune de Marquillies va recevoir une délégation du village de Besson dans le département de l'Allier, menée par son maire M Frédéric Verdier, successeur de M Jean Pagnon.
Les relations entre nos deux communes se sont nouées suite à la découverte fortuite dans nos archives d'une délibération du Conseil Municipal de Besson datée du 3 Août 1919 par laquelle la commune de Besson décidait de verser à Marquillies la somme de 200 francs, afin de réparer les destructions que la guerre avait causées.
C'est cette découverte qui amena le Conseil Municipal de Marquillies en 2007 à attribuer le nom de ce village à l'une des rues du nouveau lotissement.
Nous avons décidé, pour prolonger cette relation d'inviter la nouvelle municipalité qui accompagnera les anciens élus que nous avions reçus en 2008, à venir nous rendre visite les 14 et 15 novembre prochains.
La délégation bessonnaise sera reçue à un petit déjeuner d'accueil le samedi 14 matin; visite de Lille ensuite avec notamment le Palais des Beaux Arts, soirée à Marquillies avec un spectacle pyrotechnique au stade, gratuit et ouvert à tous les marquilliois, et soirée tapas (10 euros) à la salle communale avec spectacle de magie en "close up".
Le lendemain dimanche nos amis de Besson participeront au Salon du Livre organisé par "Loisirs et Culture" dont le thème est cette année le Centenaire de la Première Guerre Mondiale.
Ce salon sera aussi l'occasion de présenter l'exposition centrée sur ce thème :"La Ligne Arras Ypres 14/18"
Marquillies/Besson un petite histoire de solidarité et de reconnaissance dans les bouleversements de la Grande Histoire...
Bienvenue à Besson...

Ci-dessous la délibération de Besson actant le versement de la somme de 200 francs en 1919

Expo photos du 16 novembre "La ligne 14 18 Arras Ypres"

Cette exposition est une belle occasion, y compris pour les plus jeunes de se confronter à l’histoire à travers l’art. Elle se déroulera salle communale de Marquillies en même temps que le salon du livre

Le photographe Laurent Mayeux et l’artiste peintre Virginie Gallois ont parcouru la ligne de front d’Arras à Ypres et ont porté leur regard contemporain sur ces paysages qui ont gardé le souvenir des événements qui s’y sont déroulés.

Laurent Mayeux a photographié le sujet de la ligne d’horizon observée par les soldats enterrés dans leur tranchée. Ses vues d’environ un mètre de long, actuelles et noir et blanc, proposent différents sites du « front oublié » : Violaines, Illies, Herlies, Neuve-Chapelle, Aubers, Fromelles, Fleurbaix, La-Chapelle-d’Armentières, Bailleul ou encore Ploegsteert et Nieuwkerke. L’idée est « d’interroger le paysage » comme les militaires ont dû le faire il y a cent ans en découvrant une région inconnue pour la plupart d’entre eux.

De son côté, Virginie Gallois répond aux photographies horizontales par la couleur et la verticalité. Chaque tableau représente la silhouette d’un soldat dont on ne saurait identifier la nationalité, forme au cœur de laquelle elle réinterprète les paysages photographiés, en symbolisant la renaissance de la nature. L’artiste invite le visiteur à « Penser la blessure » au travers de tableaux verticaux en forme de boîtes, voire de cercueils ou de stèles.


La MEL lance une enquête de déplacement des habitants

La Métropole Européenne de Lille lance en cette fin d’année 2015 une enquête sur les déplacements des habitants de son territoire.

Cette enquête constitue un outil de mesures et de connaissance indispensable aux politiques de la MEL en matière de mobilité. Du 1er décembre 2015 au 23 avril 2016, environ 14 000 Métropolitains seront interrogés sur leurs pratiques quotidiennes.

Peut-être en ferez-vous partie.

Si c'est le cas, vous serez contactés par un enquêteur de la société TEST. Réservez-lui un bon accueil : votre contribution est précieuse pour faire évoluer les politiques de mobilité de demain.

 

 Peut-être serez vous enquêteur ou enquêtrice pour cette opération ? Lisez cela peut vous intéresser.


La Métropole Européenne de Lille a confié au bureau d'étude TEST, la réalisation d'une grande enquête sur les déplacements.

 

Dans le cadre de cette mission, la société TEST recrute un grand nombre d'enquêteur/enquêtrices pouvant réaliser l'étude sur et autour de leur commune de résidence

 

Tout le monde peut poser sa candidature au poste d'enquêteur/trices. La quantité de travail dépend de vous!

 

Les seuls pré-requis sont :

º habiter sur l'aire d'étude

º être motivé, organisé et rigoureux

º avoir un bon sens du contact

º être véhiculé (secteurs en dehors de Lille)

 

Après une formation de 2 jours, les enquêteurs recevront du matériel et une liste de personnes à contacter pour réaliser l'enquête. La rémunération est fixée au questionnaire, soit 19 Euros brut + une part variable + 3.8 euros de frais.

 

Ce que vous rapportera cet emploi dépend donc directement de votre implication !

Si vous êtes intéressé par cette offre (ou pour plus d'information), envoyez rapidement un CV à cette adresse mail : recrutement-edgt.mel@test-sa.com

 


Campagne UNICEF 19 oct - 14 nov

Nous relayons ici un courrier de l'UNICEF afin que vous soyez prévenu de la visite potentielle des enquêteurs de l'UNICEF du 19 oct au 14 nov 2015.


UNICEF FRANCE

Téléphone : +33 1 44 39 77 77

3,rue Duguay—Trouin

75282 Paris cedex 06

 

Monsieur le Maire,

Monsieur Eric BOCQUET

 

Paris le 25 septembre 2015,

 

Objet : Déclaration d’intention de mener une campagne de sensibilisation et de recherche de nouveaux donateurs auprès du grand public en porte—à—porte.

 

L’UNICEF mène des actions d’éducation, d’inforrnation et de plaidoyer dans les domaines lies à l’enfance. II

a pour mission d’informer le public francais sur les problèmes des enfants dans les pays en voie de développement, et plus particulierement dans les situations d’urgence. Il veille en outre à l’application de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant, en France et dans le monde.

En vertu de la loi du 7 aout 1991 (art 3 alinéa 1), l’UNICEF France, association régie par la loi de 1901 et
reconnue d'utilité publique, déclare par la présente, souhaiter entreprendre une campagne d’information auprès du grand public a MARQUILLIES du 19 Octobre au 14 Novembre 2015 a raison de 6 jours maximum sur cette période.

Une équipe, clairement identifiable par un badge et des vétements aux couleurs de l’Unicef, ira à la rencontre des personnes à leur domicile aux horaires prévus à cet effet, entre 12h00 et 21h00 afin d’obtenir de nouvelles
adhésions. Il n’y aura ni collecte d’argent en especes ou en cheques, ni distribution de prospectus.

Les personnes ne seront pas abordées sur la voirie, i1 n’y aura aucune activité dans des lieux publics (en particulier dans la rue), aucun document ne sera déposé dans les espaces publics, et aucun tract ne sera distribué.

Serait-il envisageable d’informer au préalable 1e public de votre ville, soit par le biais de votre magazine mensuel, soit par internet ou tout autre moyen, afin de l’avertir et de renforcer notre légitimité lors de notre passage ?


Vous serait—il possible de transmettre votre accord aux autorités compétentes sur le terrain, en particulier aux services de police, et de nous faire suivre cet accord par e-mail ou par courrier à mon attention.

Je reste à votre disposition au numéro de téléphone suivant 01 44 39 77 5 3 ou par email rmarechalga@unicef.fr .

Je vous remercie par avance du soutien que vous apporterez à l’Unicef et vous prie de bien vouloir agréer,
Monsieur le Maire, mes sincères salutations.

Nora YAZLI
Service Marketing Relationnel


Association des Maires de France
L'Appel du 19 septembre pour toutes les communes de France

 

Marquillies le 26 août 2015

Bonjour, Je viens de signer la pétition "L'appel du 19 septembre pour toutes les communes de France" et je souhaitais savoir si vous voudriez nous aider en ajoutant votre signature.

Notre objectif est d'atteindre 1 500 signatures et nous avons besoin de plus de soutiens.

Pour en savoir plus et pour signer, c'est ici: https://www.change.org/p/l-appel-du-19-septembre-pour-toutes-les-communes-de-france?recruiter=198738181&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=share_email_responsive

Merci.

Eric Bocquet


Inscriptions listes électorales

Les élections régionales auront lieu les dimanches 6 et 13 décembre prochains, les personnes qui ne seraient pas encore inscrites sur les listes électorales de la commune de Marquillies ont la possibilité d'y demander leur inscription en mairie jusqu'au 30 septembre 2015.

Il suffit pour cette formalité de se présenter à l'accueil de la mairie aux heures d'ouverture au public, muni d'une carte d'identité et d'un justificatif de domicile.


Rapport d'activité et synthèse 2014 de la Caf du Nord

Retrouver ces rapports sur le site de la CAF


Piscine des Weppes dimanche 7 juin

-Communiqué de presse – Mardi 12 mai 2015


Afin de permettre à Axel Alletru, athlète handisport, de participer aux Jeux
Paralympiques de Rio, un groupe d’étudiants en communication organisent un événement
autour de la natation et du handisport. Rendez-vous le dimanche 7 juin à la piscine des
Weppes, à partir de 14h pour une après-midi autour de la thématique “Objectif Rio 2016”.


Athlète handisport de haut niveau originaire du Nord Pas de Calais, Axel Alletruprépare actuellement les Jeux Paralympiques de Rio 2016. Si les résultats sportifs sontceux escomptés et lui permettront aisément de se qualifier, sa participation olympiquenécessite des fonds dont Axel Alletru ne dispose pas.Afin de pouvoir atteindre son objectif, Axel Alletru a donc monté l’associationSwimming Handling Sport et a sollicité les étudiants en communication de l’école lilloiseEsupcom.Motivés par l’enjeu olympique, ceux-ci ont décidé d’organiser un événement auprofit de son association. L’événement caritatif aura lieu le dimanche 7 juin à partir de 14hà 18h, à la piscine des Weppes (59, Herlies).L’après-midi sera composée de plusieurs activités. Tandis qu’un atelier aquagymsera proposé aux adultes, les enfants pourront participer à un atelier handisport, animé parAxel Alletru. Afin d’offrir la possibilité au public présent de se confronter à des championsde la discipline, un relais participatif sera ensuite proposé autour d’Axel et de sespartenaires d’entraînements venus pour l’occasion. Puis, de façon à faire démonstrationde haut niveau, ils se mettront eux-mêmes en concurrence en disputant une course.Enfin, Axel se rendra disponible pour échanger avec le public présent sur sonactualité sportive et son quotidien de sportif de haut niveau. Tout au long de la journée,une buvette, toujours au profit de l’association, sera mise à disposition. Une tombola seraégalement mise en place.L'événement, organisé grâce à plusieurs partenaires que sont l’association Handivagues,la piscine des Weppes, le Team Caisse d’Epargne et l’école Esupcom, constituera nonseulement un moment de divertissement pour les grands comme les plus petits, mais sera aussi l’occasion de sensibiliser à la natation handisport, au contact d’un multi-médaillé dela discipline.


8 mai 2015



Le 7 mai 1945, à 2h41, un premier acte de capitulation allemande est signé à Reims. Les combats doivent cesser à 23h01, le 8 mai, heure française. La nouvelle n'est communiquée officiellement en France que le lendemain.

Le 8 mai, à 15h00, les cloches de toutes les églises françaises sonnent donc officiellement la fin de la guerre tandis que le général de Gaulle en fait l'annonce radiophonique. « La guerre est gagnée. Voici la victoire. C'est la victoire des Nations Unies et c'est la victoire de la France », déclare le général de Gaulle dans un message radiophonique. Entouré par la foule, il va se recueillir ensuite sur la tombe du soldat inconnu, à l'Arc de triomphe. La population laisse éclater sa joie. Le 8 mai après-midi et le 9 mai sont déclarés exceptionnellement fériés. La foule envahit les rues, entonnant la Marseillaise et des chants patriotiques. Les scènes de liesse rappellent celles qui avaient accompagné la Libération, à l'été et à l'automne 1944.

Le 8 mai, la capitulation générale allemande est signée à Berlin par le maréchal Wilhelm Keitel. Les Soviétiques, maîtres de la ville depuis le 2 mai, estiment en effet que la capitulation de Reims n'est qu'un acte préliminaire. La France, signataire aux côtés des Alliés de ces deux actes, est représentée à Reims par le général Sevez, à Berlin par le général de Lattre de Tassigny. La reddition sans conditions de l'Allemagne nazie met fin en Europe à un conflit de six ans qui a fait plusieurs dizaines de millions de morts.

Toutefois, la date du 8 mai ne marque pas la fin de la présence militaire allemande sur l'ensemble du territoire français. Les dernières poches de résistance, à Dunkerque, Lorient et Saint-Nazaire, ne tombent que les jours suivant la capitulation du Reich.

Le 8 mai a été déclaré jour férié de commémoration, en France, le 20 mars 1953.


Le 1er mai 2015

Article de la Voix du Nord de ce 1er mai

Marquillies : une fête endeuillée et sans médaillés !

 Publié le 01/05/2015

 C. D. (CLP)

 

Les Marquillois ont vécu cette année un 1er mai assez particulier avec le décès brutal, la veille de la cérémonie, de Jean Sabaturski, représentant des médaillés du travail pour le secteur d’Hantay, Marquillies et Salomé.

Éric Bocquet a qualifié Jean Sabaturski d’homme « courageux et chaleureux ». Et comme pour ajouter à la tristesse de l’événement, aucun des neuf récipiendaires n’était disponible pour recevoir sa médaille ! Ce qui n’a pas empêché l’édile militant de penser d’abord « aux personnes privées d’emploi. Fêter le 1er Mai, a-t-il ajouté, ce n’est pas célébrer le passé, c’est se mobiliser avant tout pour un avenir meilleur. »

 

La liste des diplômés.

 Argent : Bruno Bouillet, Martine Cauvez, Jérôme Hayaert, Marie Sabaturski et Christophe Valentin.

 Vermeil : Martine Deceuninck, Martine Kouekam et Maryline Wignoble.

 Or : Jacques Beuvin.

Après une minute de recueillement en hommage à Jean Sabaturski, décédé brutalement la veille, les public a écouté solennellement la prestation de l’harmonie.

Souvenir des déportés 26 avril 2015

La loi de 1954 qui a instauré la
Journée nationale du souvenir de la déportation

   Au début des années 1950, les anciens déportés et les famillles des déportés qui n'avaient pas survécu à la déportation ont exprimé le souhait de voir inscrite au calendrier des commémorations une célébration nationale destinée à préserver la mémoire de la déportation.
   Ce besoin de préserver la mémoire de la déportation a été reconnu par la loi du 14 avril 1954, votée à l'unanimité par le Parlement, qui a consacré le dernier dimanche d'avril « Journée nationale du Souvenir des victimes et héros de la déportation », au cours de laquelle la nation honore la mémoire de tous les déportés sans distinction, et rend hommage à leur sacrifice.
    Le dernier dimanche d'avril a été retenu en raison de sa proximité avec la date anniversaire de la libération de la plupart des camps, et aussi parce que cette date ne se confondait avec aucune autre célébration nationale ou religieuse existante.

Loi n° 54-415 du 14 avril 1954 consacrant le dernier dimanche d'avril
au souvenir des victimes de la déportation
et morts dans les camps de concentration du Troisième Reich
au cours de la guerre 1939-1945

       L'Assemblée nationale et le Conseil de la République ont délibéré,

       L'Assemblée nationale a adopté,

       Le président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

       Article 1 - La République française célèbre annuellement, le dernier dimanche d'avril, la commémoration des héros, victimes de la déportation dans les camps de concentration au cours de la guerre 1939-1945.

       Article 2 - Le dernier dimanche d'avril devient « Journée nationale du Souvenir des victimes et héros de la déportation ». Des cérémonies officielles évoqueront le souvenir des souffrances et des tortures subies par les déportés dans les camps de concentration et rendront hommage au courage et à l'héroïsme de ceux et de celles qui en furent les victimes.

       La présente loi sera exécutée comme loi de l'État.

    Fait à Paris, le 14 avri 1954.
    Par le président de la République,
    René Coty
    Le président du Conseil des ministres,
    Joseph Laniel
    Le ministre des Finances et des Affaires économiques,
    Edgar Faure
    Le ministre des Anciens combattants et Victimes de la guerre,
    André Mutter

    L'exposé des motifs de cette loi en dégageait les objectifs : rappeler à tous l'horreur de la déportation et les leçons qu'il convient d'en tirer pour que de tels faits ne se reproduisent plus jamais :

       Il importe de ne pas laisser sombrer dans l'oubli les souvenirs et les enseignements d'une telle expérience, ni l'atroce et scientifique anéantissement de millions d'innocents, ni les gestes héroïques d'un grand nombre parmi cette masse humaine soumise aux tortures de la faim, du froid, de la vermine, de travaux épuisants et de sadiques représailles, non plus que la cruauté réfléchie des bourreaux.


 Article de La Voix du Nord concernant le dernier Conseil Municipal


Marquillies: les élus augmentent la pression fiscale «à dose homéopathique»


Publié le 08/04/2015

CHRISTOPHE DECLERCQ (CLP)


Dans le cadre du vote du budget primitif, les élus ont validé les taux d’imposition locale qui subissent une hausse d’1 % sur les anciens taux. Sans la validation des quatre élus d’opposition.

Parmi les investissements : le réaménagement de la mairie et des travaux d'entretien des autres bâtiments municipaux.

 

L’objectif affiché par le maire, Éric Bocquet, et son adjoint aux finances, Yves Lefrancq, est maintenant d’anticiper la baisse des recettes estimée à 20 000 € par an, en augmentant d’1 % chaque année pendant trois ans la pression fiscale « à dose homéopathique ». La majorité souhaite en effet « préparer le financement des gros projets futurs ». Selon l’édile, « L’impact n’est pas énorme. » et avoisinerait en 2015 une rentrée supplémentaire de fonds de l’ordre de 6 000 €.

Un avis pas du tout partagé par François Hallaf (Vivons notre village) : « C’est plus facile d’augmenter l’imposition locale, je suis contre ça. Je préférerais que l’on travaille sur les dotations de l’État ».

Le groupe « Marquillies autrement » quant à lui s’est abstenu lors du vote de cette délibération. Dans cette formation d’opposition, Didier Damide a proposé son aide pour réétudier l’ensemble des emprunts, voire les renégocier : « C’est un levier d’économies, a-t-il expliqué. La situation est saine et le banquier sera attentif pour récupérer de l’encours. » Autre idée lancée à l’assemblée : « Remettre les contrats d’assurance en concurrence vers un seul assureur. »

 

Parmi les plus gros investissements prévus cette année, l’achat de terrains notamment pour le cimetière (30 000 €), l’étude d’aménagement de la mairie et la troisième phase de travaux à l’école (29 500 €), l’hydrofugeage des murs de la salle communale (23 300 €), le columbarium (20 000 €) ou encore l’acquisition d’un panneau lumineux d’information (15 000 €). Pour les nouveautés, on pourra citer la mise en place d’un radar pédagogique rue Jean-Jaurès (4 000 €), l’installation d’une borne électronique d’information (12 000 €) et un chauffage à air pulsé dans l’église (5 300 €).


Les anciennes infos ...

1